carma-ban1

La fraude concerne toutes les entreprises de la PME à la multinationale, qu'il s'agit de détournement de fonds ou d'actifs sociaux, de falsification d'états financiers, de commissions occultes ou de corruption, … la fraude demeure un risque majeure dans la vie des entreprises.

Objectif
Ce séminaire vous permettra de:
Comprendre et de cerner les conséquences du risque de fraude financière
Savoir identifier les mécanismes déclencheurs de la fraude
Comprendre les motivations et les mobiles des auteurs de fraudes
S'initier aux techniques de détection et de profilage des auteurs de fraude
Organiser la prévention/protection contre la fraude

PROGRAMME
Introduction & état des lieux
Définition et caractéristiques des mécanismes de fraude
Modes opératoires de la fraude financière/comptable
Modes opératoires de falsification d'états financiers
Modes opératoires des détournements d'actifs de l'entreprise
Causes et facteurs déclencheurs de fraudes dans l'entreprise
Vulnérabilités intrinsèques favorisant la fraude financière/comptable

Causes favorisant la fraude financière et comptable en entreprise
Habilitation et délégation de pouvoirs/signatures mal définies
Concentration de fonctions sensibles/pouvoirs entre les mains d'une personne
Absence de contrôle régulier et de reporting
Rémunération et intéressement liés aux résultats
Opérations portant sur des montants très élevés
Absence de formalisation des rôles et des responsabilités
Collusions et conflits d'intérêts
Confiance illimitée en l'informatique
Absence de dispositif de gestion des risques
Recrutement défaillant et gestion complaisante/clientéliste des ressources humaines

Identification des risques de fraude
Identification et quantification des risques de fraudes et de détournements
Identification globale (top-down) et détaillée (bottom-up) du risque de fraude
Identifier les processus comptables, les situations et les comportements à risques
Identifier les employés à problèmes (divorce, jeux, dettes, …)
Identifier les menaces et les vulnérabilités susceptibles d'encourager les fraudeurs
Identifier les dysfonctionnements intrinsèques aux processus de l'entreprise
Identifier les facteurs de déclenchement et d'aggravation du risque de fraude
Identifier les indicateurs clés de risques KRI (key risks indicators)

Evaluation et hiérarchisation des risques  
Evaluer, hiérarchiser les risques identifiés et dresser leur cartographie
Dresser la cartographie des risques de fraude financière/comptable
Evaluer la détectabilité, l'occurrence, la gravité et la criticité des risques de fraude
Evaluer l'impact financier par type de risque de fraude identifié
Evaluation qualitative (score-card, analyse causale,…), quantitative (Loss Distribution Approach,…) et comparative (benchmarking) des risques
Hiérarchiser les risques par portefeuille (achat, vente, recouvrement, …)
Hiérarchisation de l'impact des risques de fraudes

Analyse des risques de fraude
Analyser l'impact des risques de fraude sur les activités (Business Impact Analysis)
Analyser les vulnérabilités et les menaces potentielles inhérentes au processus (BPM)
Analyser les processus métiers/supports impactés par la fraude (approche inductive)
Analyser l'historique des incidents générateurs de risques et leurs conséquences
Collecter les données sur les défaillances et les vulnérabilités des processus impactés par la fraude (approche déductive)
Examen analytique par département et décryptage des signaux d'alerte
Analyser les mécanismes susceptibles de déclencher la fraude (benchmarking)

Schémas de fraude impactant les actifs de l'entreprise
Fournisseurs fictifs, surfacturation, falsification de paiements, livraisons du style « admission temporaire » contre paiement indu, comptes occultes/dormants, NDD indue,…
Clients fictifs, transfert de comptes, comptes occultes/dormants, sous-facturation, détournement de paiements/chèques, faux retour de marchandises contre NDC indue, annulation injustifiée de créances,…
Détournement de stocks, falsification d'inventaires, sortie de marchandises non actée,…
Simulation de vols/détérioration pour masquer des irrégularités comptables
Facturations croisées de prestations intangibles (collusion, fraude, justifier des manquements aux règles comptables, …)
Achat/Ventes de factures anti datées pour masquer des irrégularités/fraudes
Falsification d'états financiers, faux en écriture, anti-datage (encre sympathique ?)
Versement de salaires à des employés fictifs ou répertoriés sciemment de manière erronée
Gonflement de frais de missions (frais personnels d'employés peu scrupuleux,…)
Dissimulation de fraudes via comptes intragroupes
Quid des indemnités de sinistres et des reprises/provisions ?
Vol, détournement d'actifs et de données sensibles facilités par des « taupes »
Altération de données sensibles pour en retirer un avantage (employé indélicat,…)
Web-defacing pour en retirer un avantage (pirates de sites de e-commerce,…)
Sabotage de bases de données (employé licencié ou subissant un chantage, …)

Cartographie des risques
Etablir la matrice de priorisation des risques identifiés
Etablir la matrice selon l'« importance/urgence » du risque
Distinguer les risques de fréquence des risques de gravité
Cartographier les zones potentielles de risque de fraude

Traitement et mise en place de dispositifs de prévention contre la fraude
Mettre en place un dispositif d'audit/contrôle des comptes (ISA 240, ISA 315,…)
Instaurer des procédures de dissuasion contre les tentatives de fraude
Impliquer l'audit et le contrôle interne pour débusquer la fraude
Pratiquer des vérifications contradictoires et des audits inopinés en cas de suspicion
Encourager la remontée d'informations sensibles vers le top management
Promouvoir la prévention et la protection contre les risques de fraude
Sondage et analyse périodique des données financières
Faire auditer les procédures de comptabilisation et de recouvrement
Instaurer et formaliser des procédures de détection de fraudes
Revoir le processus de recrutement et assurer une veille stratégique permanente
Tenir à l'œil les employés à risques (divorce, jeux, dettes, …)
Veiller à la séparation des fonctions et clarifier/formaliser les rôles et responsabilités
Définir les habilitations et les délégations internes de pouvoirs et de signatures
Mise en place d'un dispositif d'investigation et de contrôle anti fraude
Formaliser une procédure de mission d'investigation anti fraude
Promouvoir l'étique et sensibiliser le personnel à la problématique de la fraude
Instaurer le principe de double signature

Pilotage & suivi des risques de fraude.
Définir un plan d'actions pour circonscrire les risques résiduels (PDCA)
Adapter la fréquence des contrôles périodiques à la typologie des risques
Mettre en place une cellule de contrôle et de suivi des risques de fraude
Mettre en œuvre une politique de veille et de communication (SIGR)
Intégrer le  PDCA : changement de risques et risques de changement

Evaluation finale & discussion
Durée et prix : 2,5 jours ; 8.500 DH ; Des conditions tarifaires très avantageuses sont octroyées pour les formations en intra-entreprise(consultez-nous pour en savoir plus)
Télécharger le bulletin d'inscription si vous désirez suivre cette formation dans notre structure formulaire

carma-right11

Bon à savoir *

Les accidents et les quasi-accidents ne sont que des événements exceptionnels, leurs enseignements sont d'une portée limitée pour comprendre les facteurs organisationnels du risque ; On peut même supposer que les scénarios de risques foisonnent en quantité quasi-infinie, et que chaque accident résulte d'une conjonction unique de facteurs, conjonction qui n'a pas de raison particulière de se produire.

En outre, comme toute activité, une analyse causale a posteriori est située dans un contexte ; En l'occurrence elle réécrit une histoire collective dans un contexte post-accident.
Pour des raisons légales, le propos de ce type d'enquête est d'attribuer la faute à un ou quelques responsables, et donc, finalement, à des comportements individuels, ce qui brouille les pistes d'une recherche des facteurs organisationnels de risques.

A l'inverse, en analysant collectivement les pratiques de prévention et de protection avec pour finalité de réduire le risque ordinaire, la démarche permet de dépasser les explications par les comportements individuels, ce qui, de fait, relie la prise inconsidérée de risques à l'organisation.

Dans cette démarche, les observations de situations particulières permettent d'identifier des pistes de recherche qui sont complétées par une réflexion collective sur l'activité de l'entreprise en matière de maîtrise des risques.
Le courant de la haute fiabilité organisationnelle considère qu'une certaine conception de l'organisation garantirait une fiabilité exceptionnelle ; Il évoque notamment la redondance, une décentralisation alliée à une culture de fiabilité, le « slack conceptuel » et l'apprentissage par essais-erreurs.
Un système redondant consiste à utiliser plusieurs moyens d'alerte dans les cas où un danger menace, ce qui évite la déperdition d'information sur les risques ; En parallèle et afin de favoriser cette redondance, l'organisation fiable doit encourager les « whistleblowers » par l'incitation et la reconnaissance des acteurs enclins à alerter la hiérarchie lorsqu'ils identifient un risque, y compris sous forme de « signaux faibles » ; Ce système d'alerte et d'incitation est inhérent à la culture de fiabilité.
La culture de fiabilité est une vaste notion qui englobe tout autant les questions de conception de l'organisation que de comportement ; la centralisation ou la décentralisation.
Les managers sont en « première ligne », la culture de fiabilité repose sur une identification claire dans l'organisation des objectifs opérationnels et des types de décisions dont les acteurs sont responsables.